La phytothérapie

Pour avoir et garder une bonne santé vous pouvez avoir recours à la phytothérapie

Histoire

La phytothérapie est ce que l’on appelle une médecine alternative, soit une thérapie complémentaire à la médecine classique, basée sur les bienfaits des plantes.

Si elle est actuellement en plein essor dans le monde occidental, il faut savoir que la phytothérapie était déjà employée par les Sumériens 3000 ans avant J.-C. et qu’elle reste la médecine de base de certaines médecines traditionnelles telles que l’âyurveda.

 

Principes

La phytothérapie repose sur les propriétés des plantes, plus précisément sur les vertus de certaines parties de plantes telles que les racines et les feuilles. Elle s’utilise pour traiter divers maux, qu’ils soient physiques ou psychiques.

 

Bien qu’elle fasse appel à des actifs naturels, la phytothérapie peut être dangereuse en raison de la puissance de certaines plantes. Il est donc indispensable de prendre l’accord préalable d’un professionnel de santé avant de se soigner à l’aide de parties fraîches ou séchées, de teinture mère ou encore de phytomédicaments.

 

Phytothérapie : 3 plantes à découvrir

La camomille allemande (Matricaria recutita) 

La camomille allemande est une plante qui favorise l’équilibre. Elle s’emploie notamment en infusion pour ses propriétés carminatives et relaxantes et sous forme de cataplasme pour soulager tiraillements et démangeaisons.

 

Le gingembre (Zingiber officinale) 

Le gingembre est un véritable allié du système digestif. Frais, séché ou en infusion, son rhizome s’utilise pour apaiser nausées, ballonnements et autres crampes abdominales.

 

L’arnica (Arnica montana)

L’arnica des montagnes est la plante des coups et des chocs, en particulier sous forme de teinture mère. Sur un traumatisme sans plaie ouverte, elle diminue la douleur et prévient l’apparition d’ecchymoses.

Cet article a été rédigé par Virginie Ollivier, hygiéniste naturopathe en ligne et à Grenoble. Retrouvez-la sur son site pro et sur Twitter !