Les remèdes naturels contre le stress

Trop de stress

Les remèdes naturels contre le stress 

Le stress est chaque jour un peu plus présent au sein de notre société contemporaine. Et pourtant, si certaines personnes pensent que le « bon stress » leur est bénéfique, il faut savoir qu’il s’agit en réalité d’un syndrome d’adaptation aux effets délétères qu’il est préférable d’éviter.

 

Qu’est-ce que le stress ?

Le stress est un syndrome général d’adaptation, plus précisément une réaction physiologique et psychosomatique de l’organisme face à une menace ou une contrainte quelconque.

Il se manifeste différemment selon les personnes et peut ainsi se traduire par des pensées négatives, des sentiments exacerbés, mais aussi par des troubles digestifs, des palpitations, des tremblements, des nausées et des céphalées.

 

Quels sont les remèdes naturels contre le stress ?

Pour ne plus être sujet aux épisodes de stress à répétition, il est indispensable d’en traiter la cause. Cette dernière différant selon les individus, leur style de vie, leur histoire personnelle et leur génétique notamment, le traitement doit être fonction de ces spécificités : modifications du rythme de vie, respiration consciente, méditation, hypnose, sophrologie, thérapie cognitivo-comportementale, …

 

Pour contrer les effets délétères du stress, la phytothérapie, l’hygiène alimentaire et les compléments nutritionnels tels que les solutions buvables M2C2 sport®, M2C2 andro® et M2C2 femina® sont des solutions à envisager.

Riches en antioxydants, en vitamines C et B6, en magnésium et en zinc, les suppléments alimentaires M2C2® participent à la réduction du stress, tout en protégeant les cellules nerveuses et en maintenant l’intégrité de l’ADN.

 

Cet article a été rédigé par Virginie Ollivier, hygiéniste naturopathe en ligne et à Grenoble. Retrouvez-la sur son site pro et sur Twitter !

La phytothérapie

La phytothérapie est une médecine alternative ayant des bienfaits prouvés

Histoire

La phytothérapie est ce que l’on appelle une médecine alternative, soit une thérapie complémentaire à la médecine classique, basée sur les bienfaits des plantes.

Si elle est actuellement en plein essor dans le monde occidental, il faut savoir que la phytothérapie était déjà employée par les Sumériens 3000 ans avant J.-C. et qu’elle reste la médecine de base de certaines médecines traditionnelles telles que l’âyurveda.

 

Principes

La phytothérapie repose sur les propriétés des plantes, plus précisément sur les vertus de certaines parties de plantes telles que les racines et les feuilles. Elle s’utilise pour traiter divers maux, qu’ils soient physiques ou psychiques.

 

Bien qu’elle fasse appel à des actifs naturels, la phytothérapie peut être dangereuse en raison de la puissance de certaines plantes. Il est donc indispensable de prendre l’accord préalable d’un professionnel de santé avant de se soigner à l’aide de parties fraîches ou séchées, de teinture mère ou encore de phytomédicaments.

 

Phytothérapie : 3 plantes à découvrir

La camomille allemande (Matricaria recutita) 

La camomille allemande est une plante qui favorise l’équilibre. Elle s’emploie notamment en infusion pour ses propriétés carminatives et relaxantes et sous forme de cataplasme pour soulager tiraillements et démangeaisons.

 

Le gingembre (Zingiber officinale) 

Le gingembre est un véritable allié du système digestif. Frais, séché ou en infusion, son rhizome s’utilise pour apaiser nausées, ballonnements et autres crampes abdominales.

 

L’arnica (Arnica montana)

L’arnica des montagnes est la plante des coups et des chocs, en particulier sous forme de teinture mère. Sur un traumatisme sans plaie ouverte, elle diminue la douleur et prévient l’apparition d’ecchymoses.

Cet article a été rédigé par Virginie Ollivier, hygiéniste naturopathe en ligne et à Grenoble. Retrouvez-la sur son site pro et sur Twitter !

Qu’est-ce que l’équilibre acido-basique ?

Parler d'équilibre acido-basique induit nécessairement d'évoquer les poumons et les reins qui font partie intégrante du processus de régulation.

L’équilibre acido-basique à la loupe

L’équilibre acido-basique est pour ainsi dire un juste milieu entre l’acidité et l’alcalinité de notre corps, un paramètre élémentaire pour rester en bonne santé.

Ainsi notre organisme doit continuellement maintenir cet équilibre, le potentiel hydrogène (pH) du plasma ou partie liquide du sang devant par exemple se situer entre 7,38 et 7,42.

 

 

Quelles sont les conséquences d’un déséquilibre acido-basique ?

Parler d’équilibre acido-basique induit nécessairement d’évoquer les poumons et les reins qui font partie intégrante du processus de régulation.

Mais lorsque leur travail ne suffit plus et que les règles de base d’hygiène nutritionnelle ne sont pas respectées, l’acidose et ses conséquences fâcheuses apparaissent : fatigue, stress, vieillissement accéléré, augmentation de la pression artérielle, affaiblissement du système immunitaire, inflammation, déminéralisation osseuse (ostéoporose), …

 

Comment rétablir l’équilibre acido-basique ?

Pour prévenir l’acidose et les pathologies associées, il est conseillé de surveiller son pH urinaire, en achetant des languettes de papier pH en pharmacie.

Lorsque le corps est bel et bien surchargé de déchets acides, il est recommandé de bouger régulièrement, de s’accorder des moments de détente, de boire suffisamment et de privilégier les aliments alcalinisants aux acidifiants.

 

À ces nouvelles mesures peut éventuellement s’associer la prise de suppléments alimentaires tels que M2C2 femina®, M2C2 andro® et M2C2 sport®. Ces compléments alimentaires antioxydants aident en effet à renforcer ses défenses immunitaires et à lutter contre l’ostéoporose, en plus de neutraliser les acides grâce aux minéraux alcalinisants qu’ils contiennent.

 

Cet article a été rédigé par Virginie Ollivier, hygiéniste naturopathe en ligne et à Grenoble. Retrouvez-la sur son site pro et sur Twitter !

Les principes de la détoxication

Les principes de la détoxication

Une fois les fêtes de fin d’année terminées, le « régime détox » fait fureur ! Les mêmes conseils pullulent alors sur les sites généralistes ou de vulgarisation médicale.

Pourtant, la détoxication et ses différentes techniques méritent que l’on s’y intéresse sérieusement puisqu’elles permettent de se purifier et de rester en bonne santé.

 

L’intérêt de la détoxication

La détoxication vise à débarrasser l’organisme des toxines et toxiques accumulés en raison notamment d’une alimentation excessive et d’une consommation régulière d’additifs. Jeûne, régimes restrictifs et autres monodiètes facilitent ainsi le drainage, la disparition des manifestations locales et le retour vers l’état de santé.

Toutefois ces différentes techniques de désincrustage doivent être employées sur les conseils d’un naturopathe, contrairement au « drainage doux » autonome.

 

Les principes du « régime détox » d’après fêtes

Les techniques sus-citées pouvant entraîner des crises d’élimination violentes, le « régime détox » d’après fêtes doit répondre aux spécificités du « drainage doux ». Pas de jeûne ou de monodiète donc, mais un régime à restrictions quantitative et qualitative.

On abandonne ainsi les produits industriels, la charcuterie, la viande, les produits laitiers et la tomate pour une petite semaine. Et ce, au profit d’une alimentation maison, majoritairement composée de céréales complètes, légumineuses, fruits et légumes (artichaut, asperge, aubergine, betterave, carotte, cresson, radis noir, abricot, ananas, citron, fruits rouges, pomme, …), oléagineux, graines et huiles végétales.

 

3 conseils pour prévenir l’altération du terrain

  1. Que ce soit durant le « régime détox » ou tout au long de l’année, il est indispensable d’adopter une certaine hygiène de vie pour rester en bonne santé. On peut notamment réduire ses apports en céréales blanches, sucres raffinés, chocolat, gras trans et saturés et privilégier par ailleurs la consommation d’eau, de tisanes et de rooibos, au détriment de celle de tabac, d’alcool, de café et de thé noir.
  2. Il est également primordial de lutter contre la sédentarité, de faire tout ou partie de ses trajets quotidiens à pied et de pratiquer un sport plusieurs fois par semaine.
  3. Enfin, il est recommandé de s’accorder un moment de détente en fin de journée et de se coucher tôt et à heure fixe pour un sommeil qualitatif et quantitatif suffisant.

 

Cet article a été rédigé par Virginie Ollivier, hygiéniste naturopathe en ligne et à Grenoble. Retrouvez-la sur son site pro et sur Twitter !